Qu’est ce que le burn-out ? Comment bien le gérer et quelles leçons peut-on en tirer ?

Dire toujours oui pour tout, en mettre trop dans son assiette, ne pas savoir s’arrêter, ralentir, dire non… Se prendre pour un super héros, mais petit à petit, on commence à oublier des trucs (pas très grave au départ) puis on commence à s’énerver pour un rien, on a de moins en moins de patience avec son entourage, on dort mal, on pleure parfois…

On culpabilise si tout n’est pas fait aujourd’hui, alors qu’on ne se rend même plus compte que c’est sans fin… mais surtout que c’est sans grande importance, si on ne termine pas ce dossier aujourd’hui mais dans 2 jours, n’est ce pas ? Il ne va rien se passer de grave, sauf qu’on est tellement pris dedans qu’on pense que c’est HYPER important…

 

En général, on ne se rend pas compte qu’on est surmené. On entre dans une spirale qui bloque notre vision et on ne prend pas le temps de trouver des solutions ou faire les choses autrement. Souvent, on pense que demain sera plus facile, qu’on pourra enfin prendre le temps pour soi mais on ne le fait pas, car le travail est sans fin !
Si certains de ces points te parlent, et bien n’attends pas : fais une pause, fais le point, parles-en, changes ta façon d’aborder les choses. Et vite !!

Il existe différent niveaux de burn out, et le niveau où l’on se trouve n’est pas toujours évident à reconnaitre. Pour ma part, je sentais que j’avais accumulé fatigue et stress ces dernières années. Puis en 9 mois, ces niveaux ont augmenté, jusqu’au jour où une goutte a fait déborder le vase, et j’ai fais un malaise. En tombant, je me suis cassée la cheville, ce qui n’est pas très pratique pour une coach de cycling 😉

Comme beaucoup d’entre nous, je n’ai pas pris le temps de lever le pied. La vie est faite ainsi : on passe par des périodes relaxantes, puis stressantes, mais ce qu’il faut comprendre, c’est que notre quotient énergie baisse en période stress, et si on ne prend pas le temps de se ressourcer, on n’est plus a 100% de nos capacités quand on affronte une nouvelle phase difficile.

 Certains croient que tenir bon nous rend plus fort,
Mais parfois le plus dur est de lâcher prise.Hermann Hesse

Nous sommes conditionnés par notre éducation, par ce que nos parents nous ont appris, par ce que pense notre entourage. Un coach de vie nous aide à identifier certains de nos comportements qui ne nous conviennent pas, et à parvenir à les résoudre. Comme j’ai la chance d’avoir une coach de vie topissimie dans mon entourage, et j’ai fais appel à elle.

J’ai compris à quel point il était important d’aborder certains challenges de façon différente. Voici un exemple tout simple : grâce à elle, j’ai pu me préparer à un meeting qui aurait pu être hyper stressant. Mais j’y suis allée avec mes notes, très sereine et je suis ressortie de cette réunion  calme et positive. Le fait de ne pas être stressée m’a permis de ne pas perdre le fil de mes pensées, j’ai pu  exprimer tout ce que je voulais dire et même si ce n’était pas une rencontre agréable, elle n’a pas terni ma journée. Je suis d’autant plus gagnante que ce n’est plus une source de stress.

Dans la majorité des cas, on admet que l’on fait un burn out quand c’est trop tard. Peut-être parce que le burn out est un sujet tabou alors qu’il ne devrait pas l’être.  Car ce n’est pas la fin du monde 😉 A nous de maintenir notre équilibre, de parler quand on en sent le besoin, d’être à l’écoute de notre corps et tête, faire du sport…

Après quelques semaines de « repos forcée » j’ai pu me rééquilibrer et mon quotient énergie est de nouveau au top. Parfois pour faire un grand pas en avant, il faut d’abord faire quelques pas en arrière 😉